Il existe une quinzaine de différentes espèces de grue dans le monde. Aujourd’hui, plusieurs d’entre elles sont devenus des espèces protégées en raison de la destruction de leur habitat naturel par l’homme. La grue à couronne rouge, aussi connue sous le nom de grue du Japon, en fait partie. Il s’agit d’une espèce particulière que l’on peut rencontrer en Asie de l’est et qui se distingue par un genre de petit chapeau rouge. Dans un petit village du nord du Japon, Tsurui (鶴居村), une dame d’un âge vénérable a essayé de protéger l’environnement naturel de ces grues spéciales et les a nourries toute sa vie. Grace à elle, les échassiers survivent.

La grue japonaise considérée comme “monument naturel”

La grue japonaise se distingue par son allure élégante et trois couleurs très pures – le rouge, le blanc et le noir – qui symbolisent la chance, la royauté et la longévité. Le bec, le cou et les jambes, tout est fait pour allonger la silhouette de cet oiseau royal. En théorie, les grues à couronne rouge voyagent entre leur lieu de reproduction et leur résidence d’hiver. Pourtant, à Hokkaido, elles restent simplement sur place toute l’année sans migrer. Ceci s’explique probablement par les âmes généreuses qui les nourrissent toute l’année !

Les grues du Japon vivent aux abords de zones marécageuses. Elles se nourrissent de poissons, de crevettes, d’autres mollusques et de certaines racines. Pendant la saison des amours, elles émettent un chant profond très particulier précédant la parade nuptiale. ( ˭̵̵̵̵͈́◡ु͂˭̵̵̵͈̀ )ˉ̞̭♡

En 1935, les grues à couronne rouge et leur lieu de reproduction ont été listés comme “monument naturel” (天然紀念物). En 1952, celles de Kushiro (釧路) et Hokkaido (北海道) ont même été listées “moment naturel spécial” (特別天然紀念物), encore plus fort !

Une vieille dame de KUSHIRO qui pouponne les grues du Japon

Si un jour vous vous rendez dans la région où les grues sont nourries – Tsurumidai (鶴見台) à Kushiro (釧路) – vous aurez peut être la chance de rencontrer une vieille dame. Chaussée d’une paire de bottes en caoutchouc et portant ses lunettes autour du coup, vous lui témoignerez votre plus grand respect (Oooooh!). Sans elle, on ne verrait probablement pas autant de grues qu’aujourd’hui. ໒( •́ ∧ •̀ )७

Madame Watanabe Tome (渡部トメさん) a l’âge vénérable de 80-90 ans. Elle a offert la région de Tsurumidai et nourrit les échassiers depuis plus de 50 years. Presque l’aïeule des grues du Japon, on pourrait l’appeler Mamie Grue !

Un distributeur automatique à TSURUMIDAI comme unique source de revenu pour nourrir

Malgré les propositions du gouvernement japonais, Mamie Grue a toujours refusé de recevoir d’aide pour nourrir les grues. Afin de la remercier, le gouvernement a fait construire une habitation pour elle et y a installé un distributeur automatique.
L’argent reçu sert de revenu pour Mamie Grue afin de l’aider à acheter les petits plats des oiseaux.

Si vous vous rendez à Tsurumidai, vous ne pouvez pas rater le distributeur rouge. N’hésitez pas à acheter une ou plusieurs bouteilles. Ce sont probablement les boissons les plus responsables que vous achèterez d’un distributeur automatique. (۶ꈨຶꎁꈨຶ )۶ʸᵉᵃʰᵎ

Loading Likes...

2 thoughts on “L’oiseau national du Japon – une espèce de grue protégée par une grand-mère”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *